Un été sublime

Pendant de nombreuses années, chaque printemps, je commençais à sentir les effets des mois de travail intense qui avaient précédé: les formations conçues et données, les innovations pédagogiques mises en œuvre, évaluées et ajustées, les publications sous presse, les communications scientifiques faites. Autour de la Pentecôte, sur fond du rebondi des balles de tennis sur la terre battue de Roland-Garros avec Roger Federer en vedette, je commençais à rêver à un été merveilleux. Dans mes rêves, il n’y avait plus de délais, plus de situations urgentes nécessitant mon intervention, ni enseignants ni étudiants s’affalant sur une chaise dans mon bureau pour me raconter leurs derniers déboires. Dans mes rêves, il n’y avait du temps que pour moi, huit à neuf semaines pour moi toute seule pendant lesquelles je serai libre de faire ce que je voulais et aimais.

A la recherche du temps …. supplémentaire

Plus la pression de la fin de l’année universitaire se faisait sentir, plus je m’appuyais sur mon rêve pour surmonter l’épuisement des évaluations, le stress des examens, la fatigue compassionnelle. Les premières années, mon plan marchait plutôt bien et je me rappelle des été magnifiques assise à mon bureau à écrire et à arpenter les Alpes suisses. Le Paradis ! Puis, peu à peu, ces huit à neuf semaines ont commencé à se rétrécir. La première semaine, j’étais tellement fatiguée que je me transformais en zombie errant dans l’agitation des soldes d’été où tout le monde semblait chercher la dernière promotion exceptionnelle. Ces semaines paradisiaques se sont réduites au fur et à mesure que j’assumais encore des activités ou que je prenais de nouveaux engagements. Je croyais encore dans ces étés sublimes et que je pourrai les retrouver retourner, si seulement ….

Robert Holden appelle cela « l’addiction à la destination » et vous pouvez en savoir plus en regardant son Ted Talk (en anglais)

Basta!

Avec les années, j’ai découvert que je n’étais pas la seule personne qui passait à côté d’un été sublime. La plupart de mes collègues racontaient la même histoire : cinq semaines de vacances, les trois premières pour se remettre du stress des corrections des 600 copies en moins de 2 semaines, et les deux dernières à se demander où le temps avait filé et à stresser à la pensée de la reprise. En écoutant un collègue qui me racontait ses vacances pourries et se vantant de son dévouement à son enseignement, j’ai soudainement vu la lumière. Je vais arrêter de me faire du mal de la sorte et je vais retrouver non seulement à mes étés sublimes mais toute ma vie.

L’été 2018

Mettre cela en pratique m’a incité à faire une offre estivale qui favorise la bienveillance pour soi. L’été 2018 sera dédié au développement de nos talents et à retrouver le sens d’être à l’écoute de soi. Il est temps pour moi, et peut-être pour vous d’investir dans le bien-être et j’ai envie de vous soutenir dans ce sens.

Du 1er juin au 31 août 2018, j’offre des réductions de 15 à 20% sur les séances personnelles réservées et payées pendant cette période.

Sur place, nous introduisons les jeux intuitifs comme la version jeu de société du Jeu de la Transformation et notre nouveau sentier de méditation des 7 chakras

Et pourquoi pas vous offrir une escapade sur l’île solaire de Bornholm et venir faire l’expérience authentique d’une vie avec Hygge !