L’histoire de Yggdrasil Living Wholeness

En marche vers le futur émergent

La cueillette des graines

Les graines d’Yggdrasil Living Wholeness ont été ramassées lors de notre voyage au nord de l’Ecosse au cours de l’été 2016. John et moi visitions l’île de Skye et, comme à notre habitude quand nous étions en voiture, nous discutions de ce que nous voulions apporter au monde. Nous avons tout de suite compris que nous partagions le même rêve : créer un lieu pour des retraites, un lieu où les gens pourraient sortir de leur vie frénétique, se poser, faire l’expérience d’une écoute attentive et découvrir leur but noble dans la vie. Nous avons alors commencé à imaginer ce lieu et ce que nous voulions offrir : contact intense avec la nature, expérience de plénitude et connexion à la Source.

L’incubation des graines

Après avoir ramassé les graines, nous avons passé les mois suivants à expérimenter différents formats de retraites avec une retraite de trois semaines, juste les deux, dans la région isolée de Assynt (au nord-ouest de l’Ecosse), suivie, pour moi, d’une retraite d’un mois dans la communauté de Findhorn où j’ai pris part à la première édition du programme de développement spirituel. N’ayant jamais visité la Scandinavie, je me suis rendue au Danemark pour prendre le pouls. Là, je suis aussitôt tombée amoureuse des paysages et des arbres majestueux dans les environs de Copenhague. John m’a parlé d’Yggdrasil, l’arbre de la mythologie nordique qui réunit les différents mondes. Au début de cette période d’incubation, nous avons acquis deux papillons en verre, un papillon bleu pour John et l’autre violet pour moi. Ces papillons nous ont accompagnés lors de nos pérégrinations nous rappelant que tout travail de transformation implique une métamorphose. Nous les avons collés dans une fenêtre dans chaque lieu où nous avons résidé.

Le choix du terroir

A l’époque j’étais encore basée à Strasbourg, en France, et John vivait à Søborg dans les alentours de Copenhague au Danemark. Après mon mois à Findhorn, j’ai décidé de quitter la France et de m’établir au Danemark. Pendant la retraite, j’ai compris que mon travail en France était terminé et que la prochaine étape consistait à démarrer ma propre activité en m’affranchissant des contraintes institutionnelles et des cultures organisationnelles. Puisque j’allais m’installer au Danemark, nous avons commencé à regarder quelles en étaient les options. Nous avons rapidement compris que, si nous étions disposés à nous établir hors de la région de Copenhague, nous avions les moyens d’acquérir une grande maison et d’y abriter notre entreprise. En effet, le gouvernement danois encourage ses citoyens à repeupler ce qui est appelé le « Danemark de l’extérieur » afin de désengorger la région surpeuplée de Copenhague. Nous étions attirés par l’idée d’habiter sur une île et John a suggéré de regarder du côté de Ærø et de Bornholm. Pendant les fêtes de fin d’année de 2016, il a commencé à scruter les propriétés à vendre et nous avons d’emblée compris qu’elles étaient à notre portée et répondaient à nos besoins de développements futurs. Nous avons renoncé à Ærø quand John a réalisé qu’il n’y avait pas de bois ou de forêts sur l’île et nous nous sommes concentrés sur Bornholm qui correspondait mieux à nos intentions et besoins. Aussi, John connaissait Bornholm pour y avoir passé des vacances en famille et il m’a dit que, par endroits, l’île ressemblait à l’Ecosse.

La rencontre avec Yggdrasil axi mundi, l’arbre du monde

A Noël 2016, John m’a offert un livre, The Tree of Salvation. Yggdrasil and the Cross in the North, par G. Ronald Murphy. Le troisième chapitre est consacré aux églises rondes de Bornholm. Murphy postule que l‘arbre Yggdrasil et la croix chrétienne ont fusionné quand le christianisme a rencontré la mythologie nordique. Les églises rondes sont des incarnations d’Yggdrasil, un sanctuaire et un lieu de salut. Le pilier au centre représente le tronc de l’arbre, là où l’on se réfugiait pour entrer en soi. Les combles des églises représentent les branches du paradis et de la lumière, où l’on peut trouver protection et salut. Les racines de l’arbre représentent l’enfer et les parts d’ombre. A nouveau, ce maillage du christianisme et de la mythologie nordique répondait à notre quête de la plénitude et de la totalité indivisible et a donné un nom à notre projet : Yggdrasil Living Wholeness.

Le temps de la mise en terre

En février 2017, nous avons passé une semaine sur Bornholm à visiter les propriétés que John avait présélectionnées. Nous avons été très séduits par la première maison visitée et nous avons très sérieusement envisagé de l’acquérir. Néanmoins quelque chose nous retenait et nous avons poursuivi avec diligence les visites sur notre liste. Nous avions le pressentiment que la maison nous choisirait plutôt que l’inverse. En route pour notre dernière visite, alors que nous traversions un paysage hivernal morose, nous discutions de la première maison cherchant à comprendre ce qui nous retenait. Soudainement, nous avons commenté la beauté du paysage en débit de la pluie et du plafond très bas. Dès que nous avons mis pied dans la maison, de manière tout à fait surprenante, quelque chose a commencé à grandir en nous. Après la visite, nous nous sommes rendus compte que nous étions tout proche de l’église ronde d’Østerlars. Nous avons fait un saut et Karen Marie, qui y faisait du ménage, nous a invité à entrer. Nous avions l’église pour nous. Nous avons vu l’immense pilier creux qui se trouve au cœur de l’église et, là, nous avons su que nous avions trouvé Yggdrasil et notre maison. Nous avons décidé d’acquérir Ny Elleskov (Nouveau Forêt d’Aulne, le nom d’autrefois de la maison et de la ferme) et nous ne sommes jamais revenus sur cette décision. La maison nous avait appelé et c’est ici que nous devions nous établir.

Les soins apportés au terreau

Nous avons passé les mois qui ont suivi à nous dépatouiller dans les démarches administratives pour m’établir au Danemark, boucler mes affaires en France, acheter la maison et imaginer les modalités de Yggdrasil Living Wholeness. Après quelques hauts et bas, nous avons atterri sur Bornholm fin juin 2017 pour prendre possession de la maison. Au cours d’un été laborieux avec les travaux dans la maison et dans l’immense jardin, nous avons exploré l’île et goûté les différentes énergies. C’était un temps précieux pour prendre soin du terreau et pour planter les graines ramassées en Ecosse, un temps pour rendre visibles les nouvelles graines de notre vie et manifester notre vision. Symboliquement, nous avons planté deux arbres à papillons, lilas pour moi et pourpre pour John, dans la souche d’un vieux chêne que les propriétaires précédents avaient dû abattre. Par ce geste, nous avons célébrer la naissance d’Yggdrasil Living Wholeness officiellement fondé comme une entreprise individuelle en septembre 2017.

La manifestation de notre vision

Après les premières semaines d’installation et de quiétude sur Bornholm, nous étions prêts pour plus d’action. Pour Yggdrasil Living Wholeness cela impliquait la maîtrise des bases de la gestion d’entreprise au Danemark, la recherche de soutien pour les détails administratifs perplexes, l’acquisition des outils de support idoines (par exemple, en comptabilité), la conception du site internet, le graphisme du logo ainsi que l’exploration de différentes manières d’être au service de la plénitude et de la totalité indivisible. Nous avons choisi de travailler avec les personnes et entreprises installées sur l’île ce qui nous a permis de comprendre le paysage plus global et de pratiquer le travail collaboratif. Non sans grande surprise, nous rencontrions toujours, au bon moment, la personne idéale pour le plus grand projet. Plus fortes sont nos invocations, plus nous sommes ressourcés.

Au début, je faisais principalement du travail en ligne avec des parcours, en français, sur le leadership et la psychologie archétypale. J’ai fait un peu de coaching individuel et collectif et j’ai facilité quelques ateliers introduisant le travail avec les constellations. J’expérimentais beaucoup et je recherchais de nouvelles orientations puisant dans le travail avec les énergies et la conscience élargie. En m’aventurant de la sorte dans des terrains non défrichés, j’ai pu m’éloigner de ma précédente vie professionnelle dans le domaine de l’enseignement supérieur et patrouiller de nouvelles directions.

Nous avons pris plus fortement racine quand nous avons commencé à fréquenter l’église ronde et que nous avons fait connaissance avec notre prêtre paroissial. Nous sommes devenus des membres réguliers de la paroisse (John est membre du conseil paroissial) et l’église d’Østerlars est devenue comme une seconde maison et un prolongement naturel de notre maison.

Nous avons contacté un cabinet d’architectes local pour lancer les travaux de rénovation. Sean a commencé par dresser les plans de la maison et des bâtiments fermiers, chose qui n’avait jamais été fait. Puis, il a proposé un projet très ambitieux avec beaucoup de chambres nous plaçant dans la catégorie des petits hôtels. Pas du tout ce que nous avions à l’esprit ! Nous avons ensuite traversé une phase semée de défis pour clarifier notre vision et la manifester sans notre mettre en péril financièrement. Nous avons passé beaucoup de temps à étudier les aspects financiers, à ajuster la partie dédiée au logement des hôtes et à trouver la bonne entreprise à qui confier les travaux d’exécution. Toutes les personnes qui venaient visiter la maison tombaient aussitôt sous le charme et manifestaient intérêt et enthousiasme pour notre projet. Il n’en demeure pas moins que nous avions besoin de temps pour écouter leurs propositions, sentir les résonances vibratoires et sentir le potentiel de collaboration envers le grand projet. Ce temps de réflexion avant de nous engager n’était de loin pas du temps perdu, en dépit des mouvements d’impatience et de frustration que nous avons connus. Nous avons eu nos moments de doute et de peurs par rapport aux implications financières. Puis, est arrivé ce moment magique où seules demeurent la confiance et la possibilité de se laisser aller. C’était un état de grâce bienvenu et, alors, nous savions que nous avions entre nos mains le projet que nous voulions absolument réaliser et que nous allions travailler avec des personnes qui seraient au service de ce projet. Les travaux de rénovation sur les bâtisses fermières ont démarré le 21 novembre 2018.

Le nettoyage du sol et les nouveaux commencements

Nous documentons les travaux de rénovation et partageons nos aventures de transformation dans notre bulletin d’information. Il s’agit, principalement, d’un parcours intérieur et extérieur qui consiste à se délester du vieux et de l’obsolète pour accueillir le nouveau et l’inconnu. Nous avons découvert les habitudes locales d’accumulation puis d’enfouissement des déchets. Malheureusement, nous n’avons pas découvert de trésor viking au moment de creuser les fondations, seulement un amas de détritus qui ont été déposés sous terre faute d’un système de recyclage digne de ce nom sur une île longtemps pauvre et quelque peu isolée. Il nous a paru important de rendre hommage à ce passé, de nettoyer les déchets et de ne retenir que ce qui est essentiel et au service du projet plus grand. Le nettoyage et la simplicité sont devenus nos objectifs clés : nettoyer le sol dans les fondations des bâtiments à venir ; libérer le jardin des ronces, des plantes envahissantes et de clôtures pourries ; nettoyer notre maison et en faire un espace de beauté ; simplifier le site internet et explorer de nouvelles modalités de communication en ligne ; imaginer de nouvelles manières de « vivre ensemble » et de travailler avec la conscience élargie et la psychologie archétypale.

2019 a déjà amené beaucoup de nouveautés, à commencer par notre mariage en février et notre première expérience d’Espace du Nous. Yggdrasil Living Wholeness a évolué d’une entreprise individuelle en une coopération qui favorise le partenariat. Les plans pour développer le jardin et y installer un jardin potager sont en bonne voie. A l’occasion de notre mariage, nous avons reçu une merveilleuse collection de graines et nous rêvons d’abondance dans toutes ses formes.

A suivre …